Précédent
Index du Forum Forums Thyroïde Hashimoto Hashimoto et reconversion professio...
Sujet: [url=t61741] 

Hashimoto et reconversion professionnelle

[/url].
dans le forum: 
Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivant
Poster un nouveau sujet: 
 

Répondre au sujet Hashimoto et reconversion professionnelle Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Auteur Message
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

MessageHashimoto et reconversion professionnelle

 (p538007)
Posté le: 29. Sep 2020, 16:29
Répondre en citant

Bonjour,

Je suis diagnostiquée Hashimoto depuis fin 2018 avec un très mauvais suivi médical.

Mon premier médecin a ignoré la maladie pendant 4 ans. Hashimoto a donc eu le temps de mettre la pagaille dans ma vie professionnelle où j'ai en quelques sortes accumulés les traumatismes avec un Hashimoto non détecté pas évident à gérer bref... Est ce que je dois précisé que mes bilans son perturbés depuis 2014 et que j'ai un goitre depuis l'âge de 13 ans ahah...

Août 2019, mon endocrino a arrêté de me suivre , j'étais dans les normes donc elle n'avait plus rien à faire. Sauf que je traînais encore de la fatigue et des douleurs articulaires accentuées par mes règles chaque mois ( Je vous épargne les détails sur mon cycle menstruel invivable quand je suis en hypo Rolling Eyes)

Octobre 2019, je déménage pour des raisons personnelles. Je rencontre un premier doc qui refuse de me suivre sans mon dossier médical transmis par mon médecin et mon endocrino. (j'avais tout les papiers de mon côté pourtant et je lui avais rédigé une anamnese). J'ai jamais réussi à obtenir les dossiers médicaux...

Décembre 2019, ayant besoin d'un docteur j'ai pris le premier venu... Qui en avait clairement rien à foutre de ma fatigue et de mes douleurs alors que mes bilans étaient dans les normes labos. Mais il me prescrivait mon traitement et mon kiné qui me soulage mes raideurs.

Janvier 2020. Je rencontre une professionnelle à l'écoute , on fait les recherches pour le lactose, le gluten, la ferritine, zinc, sélénium,iode et vitamine D. A part la vitamine D et une carence en magnésium rien à signaler. Elle me conseille tout de même de tenter une éviction du lactose et une diminution du gluten. Elle me met sous vitamine D journalière (car en ampoule c'est pas suffisant) et magnésium avec augmentation du magnésium pendant mes règles. On réajuste aussi mon alimentation. Elle accepte de me suivre en si besoin mais ne peut me prendre dans sa patientelle faute de place...

Après tout ça, ça va beaucoup mieux mais suite à 2 semaines de stage pour me tester physiquement dans un boulot et l'annonce du confinement je fais une rechute. J'étais à 87.5- 100 de l-thyroxine. Je passe à 100.

Mi Avril je vais une nouvelle fois "comme avant" jusqu'à fin Août ou depuis mes règles j'ai eu des symptômes d'hypo invalidant (douleurs articulaires, fatigue, déprime, difficulté de concentration, faiblesse générale, vertige, maux de tête, prise de poids) .

Début Septembre, je trouve enfin un autre généraliste qui m'explique que je faisais sûrement partie de ces patients "sensibles" que mon corps "stressait" facilement et que je faisais sans doute des poussés d'anticorps et donc des phases d'hypo. En vu de ma prise de sang et de mes symptômes t4 à 16 et tsh à 4. J'étais de nouveau en hypo. Il m'a augmenté ma l-thyroxin à 112.5.

Même pas 2 semaines après je sentais la différence même sur la prise de sang (t4 à 17 et tsh à 2.5) je n'évoque pas la t3 car elle ne bouge jamais depuis 10 ans. Mes anticorps sont à 300 en janvier et en septembre. Ils étaient à plus de 1000 quand ma maladie a été détecté.

Rebelote écho (demain) et il veut absolument que j'ai un suivi régulier d'un endocrino que je vois dans une semaine.

Bon, ça c'est le bordel de mon Hashimoto. Embarassed ...

J'écris tout ça pour faire comprendre à quel point je suis pas stable du tout malgré tout mes efforts. Mes anticorps s'amusent à me détraquer des que je retrouve enfin une stabilité.

Et je ne peux pas du tout reprendre un travail pour lesquels je suis formée (infirmière puis après un burn out.. Travailleur social) Ces 2 métiers sont beaucoup trop stressant pour moi psychologiquement.

Je ne me vois pas non plus travailler à plein temps.

Ça fait 1 an qu'on retourne le problème dans tout les sens avec ma conseillère pôle emploi et on est face à une impasse.

Car me reconvertir aussi semble compliqué avec mes phases d'hypo qui arrivent un peu quand elles ont envie... Le moindre manque de sommeil me détraque complètement. Mais bordel j'ai que 31 ans... Puis saupoudrons à ça une crise du coronavirus. J'ai envie de travailler mais je sais même pas par où chercher...

Alors je rédige ce message pas pour savoir comment me stabiliser. Ça je fais de mon mieux chaque jour avec l'alimentation, la gestion du stress, les recherches perso y tutti quanti.

J'aimerais savoir si quelqu'un a du se reconvertir et à réussi à retrouver une stabilisation professionnelle en adéquation avec un Hashimoto plutôt coriace et si iels pouvaient partager avec moi son vécu. ( Hors de question que je retourne dans le milieu du medico social il m'a complètement brisé psychologiquement)

Merci de m'avoir lu
:
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo Hashimoto et reconversion professionnelle
Brittanyhors ligne
Inscrit le: 23.12.16
Messages: 301
Thyroidite auto-immu...
féminin
Message:

Message

 (p538018)
Posté le: 29. Sep 2020, 20:16
Répondre en citant

Bonjour,

Je fais face aux même problèmes.
même si, je pense que la situation s'améliore petit à petit, je suis très loin d'avoir retrouvé mon état d'avant.
Je me demande aussi quels métiers sont compatibles avec un Hashimoto très difficile à éqilibrer avec une hyper sensibilité au stress (émotionnel, physique...)

Je suis aussi interessée par les réponses qui seront apportées.

Bon courage Smile
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Brittany
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538064)
Posté le: 01. Oct 2020, 10:26
Répondre en citant

Et bien... Y a pas foule sur notre sujet ahah.

Tu fais quoi comme métier ? Peut être on peut s'entraider Smile
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Brittanyhors ligne
Inscrit le: 23.12.16
Messages: 301
Thyroidite auto-immu...
féminin
Message:

Message

 (p538101)
Posté le: 01. Oct 2020, 21:46
Répondre en citant

en dehors de toute considération, je pense que prof de yoga ça doit être proche de l'idéal.
1) on est zen
2) on fait de l'exercice. il y a même un yoga des hormones Smile

je ne sais pas trop quels metiers ont peu de stress (pression hierarchique, délais de réalisation de + en + court...)
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Brittany
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538113)
Posté le: 02. Oct 2020, 12:20
Répondre en citant

Ahah malheureusement pou moi je n'aime pas assez le yoga et hors plaisenterie être son propre patron quand on a des risques de rechute je trouve ça assez risqué car qui dit propre patron dit beaucoup d'heure, petits revenus les premières années et pas de congé maladie ou d'assurance chômage.
Mais c'est vrai que j'aurai voulu avoir des témoignages de reconversion réussie suite à un Hashimoto qui est difficile à stabiliser.
Car à part un métier de l'administratif, je vois pas du tout ce vers quoi je pourrais me tourner. Même si c'est pas pour tout de suite car reprendre une formation sans être stabilisée pour ma part autant me tirer une balle dans le pied. :/. C'est dommage qu'il n'y ait aucune aide pour ce type de handicap bien que perçu comme temporaire personnellement il me tire vers la précarité et je sens bien ma conseillère démunie et je la comprends je maîtrise assez bien les code de l'insertion et j'aurai pas voulu m'avoir en suivi ahah. Mais je sais que c'est un problème auxquelles se confrontent certains malades j'avais fais mon projet de fin d'étude dessus. Pas assez malade pour rentrer dans les bonnes cases. Trop, pour travailler comme on nous le demande aujourd'hui. Je retourne le problème dans tout les sens mais je reste face au même mur.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Yanaeehors ligne
Inscrit le: 11.04.07
Messages: 264
Thyroidite de Hashimoto
Var
féminin
50+
Message:

Message

 (p538130)
Posté le: 02. Oct 2020, 16:44
Merci. Ce message m'a été utile ! ont dit : CMM, Mezaizo
Répondre en citant

Bonjour Mezaizo
Je me reconnais dans ton parcours et tu analyses bien les répercussions de notre maladie sur tous les aspects de notre vie dont la vie professionnelle. Le drame, ce qui fait que tout déconne, c’est que cette maladie n’est prise au sérieux par personne. J’avais 35 ans et j’étais employée à temps plein depuis plusieurs années dans le secteur de l’insertion socio-professionnelle, donc moi aussi une sorte de travailleur social, lorsque j’ai eu les premiers signes de maladie suite au deuil d’un proche. Le stress lié au métier était certes important, l’avenir de jeunes repose pour ainsi dire entre tes mains, mais je m’en étais toujours sortie jusque-là pour le gérer, gérer l’urgence des tâches, mémoriser les infos importantes etc…Au début, la maladie diagnostiquée, comme j’étais embarquée dans ma passion pour les remèdes naturels je n’ai même pas voulu envisager une quelconque supplémentation. Mes taux étaient normaux (j’ai su ensuite que ça ne voulait rien dire) et mon généraliste ne me poussait pas vers la prise d’hormones.

Je n’ai donc rien fait durant des années, m’enfonçant dans une hypothyroïdie sévère de façon progressive et insidieuse. Je croyais dans le discours que ce n’était pas une maladie grave et j’étais dans une sorte de déni.
Mais la fatigue m’a rattrapée ! J’ai demandé un temps partiel car j’étais épuisée il fallait que je puisse dormir dans la journée parfois 2 heures pour tenir. J’ai dit à ma chef que j’avais besoin de temps pour mes activités extérieures mais en fait c’était juste pour DORMIR. En même temps je me suis mise à oublier des infos importantes, puis à ne plus savoir m’organiser..et enfin je me suis retrouvée en état de stress permanent avec l’impression de ne plus faire correctement mon job.

J’ai mis tout ça sur le compte de la dégradation de mon métier et de ses conditions d’exercice, ce n’était pas tout a fait faux certes mais cela n’expliquait pas que je perde pied comme ça.
J’ai tenu encore quelques mois puis je me suis résolue à aller voir ma directrice pour lui demander une rupture conventionnelle de mon CDI.
Je me suis retrouvée sans boulot et pire, incapable de me projeter dans quoi que ce soit d’autre, épuisée, démoralisée, une loque.

A l’époque, à Pole Emploi on n’était pas si compréhensif. Je faisais un métier où il y avait des besoins mais je ne pouvais pas postuler car je n’étais pas en état de fonctionner ! les premiers mois on m’a laissée tranquille puis un jour je me suis retrouvée avec un conseiller qui m’a littéralement aboyé dessus traitée de tricheuse feignante …traumatisée, j’ai cherché quoi faire et trouvé un boulot à temps partiel dans une école maternelle avec des enfants handicapés.
J’avais beaucoup grossi, j’étais pleine d’eau (œdème), je me trainais péniblement et pour la directrice, vu mon profil j’étais forcément un cas social, elle m’a donc harcelée du jour où j’ai mis un pied dans l’école. Mon état psychique m’empêchait de me défendre, seuls l’énergie et la gentillesse des petits bouts m’ont permis de tenir. Puis un jour suite à une réunion qui s’est transformée en tribunal je suis sortie en état de choc et j’ai été arrêtée, je n’y suis plus retournée.

J’ai été transférée à l’administration d’une école primaire et là grâce à l’équipe enseignante très chouette j’ai pu me remettre d’aplomb. Mais j’ai réalisé à ce moment-là suite à cet épisode que je n’étais plus moi-même.

Mon médecin a alors décidé de me donner 25Ug de lévothyrox et j’ai ressenti immédiatement un mieux. Au fil des mois j’ai voulu monter le dosage et j’ai enfin pris le chemin non pas de la guérison car on ne guérit pas, mais de retourner vers qui j’étais. Ca m’a pris des années car il s’est avéré que j’étais un cas particulier très complexe, et aujourd’hui je fonctionne a peu près correctement avec un apport de T4 et de T3.
Par contre j’ai toujours des séquelles, je ne peux plus supporter les situations de pression et de stress car cela réactive immédiatement ma maladie…impossible donc de retourner vers mon ancien métier.

Avec le métier d’AVS (aujourd’hui AESH) Je me suis retrouvée dans une grande précarité avec 600 euros par mois pour vivre. Mais pas le choix !
Grâce à mon niveau d’études initiale, j’ai pu obtenir au bout de 2 ans le même poste mais auprès de personnels Education nationale en situation de handicap, donc auprès d’adultes. Plus intéressant et toujours sans réelles responsabilités donc sans stress. Je les accompagne dans leurs tâches mais je ne fais pas à leur place. Je ne ramène ni boulot ni souci dans ma tête à la maison. ça va. D’année en année je suis passée d’un mi-temps à ¾ de temps et là depuis l’année dernière je suis à temps plein et j’y arrive.
Par moment j’avoue que je suis frustrée car ma fonction n’est pas reconnue, mal payée et je n’ai aucun pouvoir de décision, je suis une simple exécutante…mes anciennes prérogatives et responsabilités me manquent mais je sais que je ne pourrai plus les assumer sans rechuter.

J’ai donc trouvé un moyen de me satisfaire sur le plan de l’égo, je m’investis depuis peu de façon active dans un syndicat pour défendre mes collègues AESH exploitées et méprisées. Mon niveau d’études me le permet et au moins je me sens à nouveau vraiment utile et reconnue.
En l’absence de reconnaissance de notre handicap, cela peut être une issue ? Trouver un boulot sans stress, réalisable et qui ne te mette pas en difficulté mais fasse rentrer un salaire et en parallèle t’investir dans quelque chose, syndicat, bénévolat …qui t’apporte reconnaissance et satisfaction sur le plan personnel sans te soumettre à la pression des chiffres ou d’un employeur.

Excuse-moi d’avoir été si longue dans ma réponse
Shocked schreiben
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Yanaee
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538135)
Posté le: 02. Oct 2020, 19:57
Répondre en citant

Votre message m'a rempli d'émotion !

C'est la première fois que je lis un témoignage qui ressemble à ce que j'ai vécu. Et même si l'issu est bien celle que j'avais imaginé. Ça m'a fait beaucoup de bien de vous lire, égoïstement je me sens moins seule... Car souvent je finis par me demander si ce n'est pas dans ma tête (même si je sais que ce n'est pas le cas, dualité quand tu nous tiens)

Bref, j'ai en effet bien identifié quel travail pourrait s'accorder avec ma maladie. Je candidate depuis 2018 pour être Aesh. J'ai enfin décroché un entretien cette année mais faute de budget je n'ai pas eu d'attribution...Je suis dans le vivier.... C'est pour cela que je songeais à une reconversion car je ne trouve pas d'emploi qui corresponds à mes besoins et restrictions ...
Mais je crois qu'il faut que je me fasse une raison qu'on est face à une réelle problématique de l'emploi... Et ça j'y peux pas grand chose.

J' ai de mon côté fait tout ce qui était en mon pouvoir pour retrouver une stabilité et du travail, j'ai candidaté quasiment partout où je le pouvaiset maintenant à part rester à l'affût d'une offre qui correspondrait à ma maladie et continuer à construire mon réseau... Je n'ai pas grand chose à faire . C'est dur. C'est pas mon caractère. Ah si faire le deuil de l'avant ça pourrait être pas mal. Apprendre à développer une vision différente des choses ^^

Bon voyons le positif je fais déjà du bénévolat (la dedans y a du boulot Rolling Eyes ) et du théatre manque plus que le boulot ahah. Je vais aussi tenter la danse contemporaine pour me reapproprier mon corps.

Vous n'imaginez pas à quel point votre réponse m'a fait du bien. Je suis une personne qui culpabalise beaucoup...Je vous remercie encore une fois d'avoir répondu. ❤️

Ps: ma conseillère est une perle rare et je m'en rends bien compte! Laughing
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Yanaeehors ligne
Inscrit le: 11.04.07
Messages: 264
Thyroidite de Hashimoto
Var
féminin
50+
Message:

Message

 (p538148)
Posté le: 03. Oct 2020, 10:03
Répondre en citant

Bonjour Mezaizo

Te répondre a remué pas mal de choses en moi mais ça m'a permis de mettre des mots sur ce qui m'est arrivé ces dernières années et de prendre du recul.
Nombreux sont les malades obligés de mettre un frein à leurs carrières et leurs ambitions, c'est dur pour eux mais étant reconnus comme malades ils sont en général accompagnés et soutenus par leurs proches, par leurs collègues et plus largement par la société.

Nous, les Hashimoto, nous traversons seuls cette épreuve : Les endocrinologues imaginent que du prendre du levothyrox résoudra par magie nos symptômes et se désintéressent aussitôt de nous, nos collègues et nos familles imaginent de loin ce que peut être un dysfonctionnement thyroïdien maise se demandent "ne serait-ce pas dans sa tête ?" et il faut donc être sacrément fort pour réussir à mener sa barque !
Ma famille (père, mère, frère, soeur) sont accros à la réussite sociale et professionnelle. J'étais déjà pas très comprise lorsque j'ai choisi malgré l'obtention d'un diplôme universitaire de 3ème cycle de travailler dans le social à 25 ans, alors imagine lorsque ils ont appris que je quittais mon boulot pour le chômage à 40 ans. Puis lorsqu'ils m'ont vu devenir AVS. Soupçonnée de manque d'ambition et de laisser aller je n'ai eu aucun soutien ! J'étais tellement dans le fond du trou à l'époque que j'étais de toute façon incapable de m'expliquer et de leur expliquer ce qui m'arrivait.

Mon mari qui vivait avec moi au quotidien voyait mon état, même s'il n'en comprenait pas la cause (dépression?) et c'est avec soulagement qu'il m'a vu démissionner. C'était devenu un enfer à la maison, incapable de gérer mon stress je déversais tout chez moi, ou alors je m'écroulais sur le canapé à n'importe quelle heure pour dormir.

Je peux te confirmer que rien n'est dans notre tête, avant de quitter mon premier métier j'ai rencontré le médecin du travail à qui je comptais bien dire que la température dans nos bureaux étaient impossible à supporter l'été. Elle avait toujours été insupportable mais avec une thyroïde défaillante tu sais que notre organisme ne sait plus s'adapter aux températures extrêmes. Et c'était mon cas, je supportais de moins en moins le bureau l'été au point de presque défaillir.
En fait, alors que mes collègues restaient 10 minutes à tout casser dans son cabinet, cette médecin m'a gardée une heure non pas pour parler de nos conditions de travail, mais surtout pour m'expliquer les répercussions de ma maladie sur tout mes organes et tenter de me convaincre d'accepter une supplémentation pour me soigner. Elle était vraiment très inquiète de voir que je refusais toute chimie.

Ce n'est pas dans notre tête, la thyroïde est le chef d'orchestre de tout l'organisme : Imagine un orchestre dont le chef s'agite sur l'estrade mais que les musiciens refusent d'écouter car ses baguettes sont minuscules, tu auras une idée de la qualité du concert.
Tant que tu n'es pas dosée correctement, en T4 ET en T3, tes organes ne fonctionnent pas correctement seuls ni ensemble et c'est le bordel à tous les niveaux.

Côté boulot si tu es dans le vivier tu as de bonnes chances d'être contactée en cours d'année, il y a pas mal de démissions d'AESH depuis la rentrée. N'hésite pas à rappeler régulièrement la DSDEN dont tu dépends pour demander s'il y a un poste, même s'ils râlent sur le moment ils remonteront ton CV . Ceci dit avec ton profil tu es une candidate en or pour eux franchement !

D'ailleurs, tu as pensé à être infirmière à l'EN ? franchement c'est beaucoup moins stressant qu'en milieu hospitalier : Tu gères les élèves qui ont des bobos physique et émotionnels et ceux qui ont des PAI. Tu as leurs dossiers dans ton bureau et les stocks de médicaments (insuline, cortisone, antihistaminique..) dont ils ont besoin. Tu fais aussi les formations de prévention dans les classe à certains moments de l'année. Il t'arrive aussi de former les personnels volontaire pour les premiers secours (utilisation du stylo allergie, du défibrillateur etc..) c'est très intéressant.

Si j'avais eu une formation d'infirmière j'aurais sauté sur ce poste ! Le stress est largement gérable car le poste est ce que tu en fais. Si tu t'investis à minima il est à minima (le cas dans notre lycée Rolling Eyes ) par contre si tu choisis de t'investir davantage car tu as plus la pêche (avec un bon dosage) il peut devenir passionnant. C'est toi qui décide personne n'est derrière toi !

A ce propos ce serait bien que tu donnes tes derniers résultats de prise de sang avec les références du labo à côté pour voir où tu en es, si tu veux bien sûr.
Au plaisir de te lire Freunde
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Yanaee
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538191)
Posté le: 04. Oct 2020, 16:33
Répondre en citant

J'ai la chance d'être soutenu par mes parents, mon amoureux et certains de mes ami.es mais je ressens que ma situation provoque chez eux de l'angoisse car iels voient très bien mes efforts et l'impasse provisoire dans laquelle je suis. Et je ressens qu'iels ont eux aussi de plus en plus de mal à gérer ma maladie...Je ne leur en veux pas. Je comprends. Mais ça rajoute en effet des difficultés et un sentiment de solitude...

J'ai été approché pour être infirmière en CFA en temps partiel, mais j'ai réalisé récemment que je suis encore profondément traumatisée par mon parcours d'infirmière et que ce traumatisme s'est grandement reouvert avec Hashimoto car il s'étend maintenant à tout le côté professionnel. J'ai démarré une démarche de soin pour repanser les plaies de ce traumatisme. (fin si je trouve une place quelques part car je n'ai pas les moyens de consulter un.e psychologue libérale et je ne suis pas un cas assez sévère pour le Cmp. Donc une infirmière de la bas essaye de me trouver un.e psychiatre qui ne soit pas centré.e sur un traitement médicamenteux...)

L'idée de re travailler me fait peur (j'ai perdu mon dernier travail car j'étais malade, c'était un poste de pionne...)
Je ne veux pas être dominée par cette peur c'est pour cela que je continue mes démarches malgré que je ne sois pas stable mais reprendre un travail d'infirmière même dans un contexte différent est une marche beaucoup trop haute pour moi.

Dans mes périodes d'hypo, je suis vraiment dans le brouillard et je me verrai mal assurée seule une fonction avec des responsabilités en prenant le risque que cela réactive en moi ce fameux traumatisme. Et on connaît les risques avec Hashimoto...

À vrai dire, depuis que j'ai posté sur le forum mon état s'est encore dégradé. Et je ne me verrai pas débuter n'importe quel travail en ce moment si l'occasion se présentait Sad.

C'est chiant. J'ai l'impression de faire 2 pas en avant 3 pas en arrière -_-.

Je revois une endocrinologue demain.
J'ai rencontré un nouveau médecin, potentiellement mon futur généraliste, le 15 septembre qui en vue de ma prise de sang du 14 septembre a augmenté mon traitement à 112.5 (l. Thyroxine) .J'attends sagement qu'il fasse effet.

Tsh 4.6 (o. 27 à 4.20)
T3 4.3 pmol (3.7 a 6.8)
T3 j'ai toujours eu depuis 10 ans le même résultat
T4 16.9 pmol ( 12 à 22)

J'ai été mieux quelques jours mais la depuis mercredi, c'est très fluctuant. La moindre contrariété, la moindre fatigue et j'explose... Plus des douleurs diffusés, des nuits saccadée, des vertiges et une sensation de ne pas être mettre de moi même physiquement et psychologiquement, mode hypo activée vor lachen weinen.

J'ai quand même du refaire une prise de sang le 23 septembre , pour l'endocrino et une échographie.

Les résultats de la dernière prise de sang
Crp 6. 1 (inf à 5)
Tsh 2.19 (o. 27 à 4.20)
T4 17.4 pmol (12 a 22)
Thyroglobuline 28. 7 (3.5 à 77)
Anticorps 234 (inf 34)

Je prends du magnésium tout les jours que j'augmente en période de régle ainsi que 10 gouttes de vitamine D par jour. Gluten très ponctuellement et pas de lactose.

À la découverte d'hashimoto en octobre 2018, j'avais aussi une grave carence en progesterone qui m'avait fait vivre l'enfer. J'ai écouté les médecins qui me disait que c'était lié et qui fallait attendre que je me stabilise pour que mes cycles se regularisent et me fasse moins souffrir (psychologiquement et physiquement). Sauf qu'à chaque règle, ma Tsh augmentait et ma T4 diminuait sans que les médecins n'y voient un rapport...

Alors que j'ai lu dans un livre de médecine que sans progestérone la thyroïde fonctionne mal et vice versa. Cercle vicieux.

En Avril 2019 j'en ai eu marre d'attendre. Après des recherches approfondies, j'ai pris du gattilier pendant 3 mois du 16eme au 28ème jours. Ça m'avait fait un bien fou.
Mais je me demande si ça recommence pas... depuis Août: spm qui recommence, sein douloureux, réveil nocturne, acne, gonflement et maux de tête qui s'aggravent du 16eme à la fin de mes règles. Et suite à ça Tsh qui augmente et T4 qui diminue. En effet, en Juillet j'allais bien et j'étais de mémoire à plus de 20 de T4 et entre 1 et 2 de tsh

Bref, j'attends demain. Je croise les doigts pour tomber sur une perle.
Rolling Eyes

Sinon je connais un médecin qui acceptera d'explorer la carence en progesterone si elle revient.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538229)
Posté le: 05. Oct 2020, 16:33
Répondre en citant

Je te fais un debrief du rdv endocrino:

Très speed. Elle m'a récitée le discours sur Hashimoto. M'a éclairée sur les échographies (ça c'est bien car avant cette échographie personne ne m'avait jamais rien expliqué).
Elle souhaite que j'alterne 112.5 et 125. Avec prise de sang mi novembre. (tsh t4 et vitamine D)
Elle m'a parlé de l'eurytral si à partir d'un certain taux de l-thyroxine y a pas de changement. Mais j'avoue qu'elle allait trop vite pour que j'arrive à suivre ( je suis totale dans le brouillard -_-)
On a parlé du volet emploi. Elle a vite embrayé sur autre chose :/.
Pour mes règles qui s'empirent elle veut attendre qu'on re stabilise ma thyroïde
J'avoue que je me tâte à reprendre le gattilier quand même. J'ai pas envie d'attendre...
Elle pense que malgré ma prise régulière de magnésium je suis toujours en carence et je devrais en changer et m'a dit de voir ça avec le pharmacien...
Bref, pas ouf mais pas dans le déni non plus de mes symptômes.
On verra mi novembre car la première endocrino était dans le même genre pour finalement me lâcher une fois mes prises de sang normales alors que j'avais encore des symptômes Laughing
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Yanaeehors ligne
Inscrit le: 11.04.07
Messages: 264
Thyroidite de Hashimoto
Var
féminin
50+
Message:

Message

 (p538738)
Posté le: 20. Oct 2020, 18:42
Merci. Ce message m'a été utile ! dit : Mezaizo
Répondre en citant

Bonsoir Mezaizo

A la lecture de ton compte rendu de visite franchement il y a de l'espoir !
Déjà elle t'a expliqué tes échos c'est super et en plus elle a augmenté ton dosage c'est un bon point...ceci dit tes T4 vont être bientôt au max de la norme donc c'est bien qu'elle t'ai parlé d'Euthyral.

J'allais justement te dire que c'était bizarre que tu sois encore à ce point dans des symptômes d'hypo alors que ta dernière analyse montre une baisse de TSH et une belle augmentation des T4. Mais ton taux de T3, bien que dans la norme, est très bas ce qui explique peut-être la persistance de l'hypo..
Un conseil, rajoute l'analyse de T3 dans tes analyses mi-novembre quitte à la payer de ta poche que tu vois si ça bouge un peu ou pas...si ça ne bouge pas alors que les T4 sont au maxi cela prouvera de façon indéniable que tu as un souci de conversion des T4 en T3.

Ton endocrino tient le même raisonnement puisqu'elle envisage dans un second temps, en fonction de tes ressentis et de ta prise de sang, de te donner de l'Euthyral qui est un mélange de T4 et T3.

La plupart des endocrinos ne connaissent que la T4 et refusent de prescrire de la T3 donc tu es tombée sur une perle crois moi! Razz

Sinon, tes messages qui parlent de déficit de progestérone m'interpellent, j'ai le même souci depuis sûrement longtemps auquel personne ne s'est intéressé et en te lisant je me demande si ce n'est pas lié à Hashimoto et à l'hypothyroïdie.
Il y a des années que j'ai un SPM augmenté et des règles abondantes que j'ai mis peut être un peu trop vite sur le compte de la pré-ménopause !
En attendant de sortir d'hypo, continue l'extrait de plante fraiche de gattilier ça marche bien (j'ai essayé aussi).

Courage tu es sur le bon chemin et dans de bonnes mains avec cette endocrino, tu vas remonter la pente petit à petit et le jour où tu te sentiras mieux tu aviseras pour le boulot.

Dans l'immédiat refait toi une santé Blume

PS : Et pour les traumatismes, il existe une technique pratiquée par certains psy l'EMDR renseigne toi c'est efficace...plus besoin aujourd'hui de 30 ans de divan Rolling Eyes Wink
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Yanaee
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p538740)
Posté le: 20. Oct 2020, 19:12
Répondre en citant

Merci beaucoup !.
Tes messages m'ont fait du bien.
J'ai revu le docteur pour qu'on officialise notre relation (devenir mon médecin traitant). C'est une crème. Très a l'écoute pour lui c'est pas le moment de chercher du boulot surtout que financièrement même si ça me fait flipper j'ai le privilège de pouvoir compter sur mes économies et mes parents.

La t3 est en effet une piste, on m'a toujours dit qu'elle était bonne. Elle n'a jamais bougé depuis mes premières prises de sang en 2012...On verra.

Je ressens très vite l'hypo, donc à 17 de t4 je reste pas au top, j'ai vraiment besoin qu'elles soient haute pour me sentir bien Smile enfin normalement avec cette maladie on est jamais sûre de rien !

J'ai eu raison de reprendre le gattilier. Mon SPM est là. Je le ressens. Il est pas super cool mais j'ai connu tellement pire... Et je suis persuadée que c'est lié, comme je te disais mes fluctuations hormonales ont été ignorés pendant minimum 5 ans avant le diagnostique et j'ai définitivement plongée en hypo... À l'arrêt de ma pilule à base de progestérone hehe... L'endocrino m'a confirmé que mon hypothèse n'est pas déconnante.

J'ai déjà fais de l'emdr. Ça m'avait bien aidé. Je suis moins traumatisé qu'avant mais en hypo y a pas à chier ça revient. On verra avec la psy ahah. Et qui sait peut être que dans quelques mois tout ça ne sera qu'un mauvais souvenir. Croisons les doigts pour que ma thyroïde rende enfin les armes et laisse les médocs faire le boulot vor lachen weinen
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Brittanyhors ligne
Inscrit le: 23.12.16
Messages: 301
Thyroidite auto-immu...
féminin
Message:

Message

 (p546491)
Posté le: 20. Aoû 2021, 20:03
Répondre en citant

Bonjour,

je fais remonter le sujet parce que vous parlez de gattilier.

j'aimerais savoir quelle dose et à quel moment vous en prenez.

faut-il le prendre à 4h de distance du lévo?

je viens de commencer à en prendre. ça fait 2/3 jours. je plonge en hypo. mais j'ai pris le 1er comprimé 1h après avoir pris du lévo.


autre sujet qui m'interesse, l'emdr. par qui est-ce pratiqué?
est-ce que les séances peuvent être prises en charges par la cpam?

Merci pour votre réponse
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Ecrire un message dans le livre d'or Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Brittany
Mezaizohors ligne
Inscrit le: 29.09.20
Messages: 14
Message:

Message

 (p546494)
Posté le: 21. Aoû 2021, 08:04
Répondre en citant

Bonjour Brittany

Je ne suis pas chez moi, je n'ai donc pas les infos pour le gattilier je te les transmet dès que possible. Avec tout les détails, ne commence pas avant Smile

Et pour l'EMDR, c'était un psychologue donc aucun remboursement possible. Peut être que certains psychiatre l'exerce. Et elleux sont remboursé.es.
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Mezaizo
Poupinehors ligne
Inscrit le: 27.08.21
Messages: 47
Hashimoto
féminin
30+
Message:

Message

 (p546622)
Posté le: 28. Aoû 2021, 08:52
Merci. Ce message m'a été utile ! dit : CMM
Répondre en citant

Mezaizo a écrit:
Pas assez malade pour rentrer dans les bonnes cases. Trop, pour travailler comme on nous le demande aujourd'hui.


Bonjour,

Cette phrase me parle tellement ! Exclamation
Je suis contente de tomber sur ce sujet, je me sens moins seule.

J'en profite pour vous partager 2 pages intéressantes :

http://www.ecolevitruve.fr/2020/03/.....a-cause-de-cette-maladie/Lien qui quitte ce forum et ouvre une nouvelle fenêtre

https://www.talenteo.fr/travailler-.....ue-troubles-thyroide-123/Lien qui quitte ce forum et ouvre une nouvelle fenêtre

Chaque collaborateur, chaque manager devrait lire cette dernière (ça parle bien de handicap invisible) ! Et en même temps parfois, on a pas envie que ça se sache dans notre entourage pro ...
Précédent   Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Merci, ce message m'a été utile. imprimer le message de: Poupine
Aller à la page 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2
Aller à la page 1, 2  Suivant
imprimer le sujet: Hashimoto et reconversion professionnelle
Sujet: 

Hashimoto et reconversion professionnelle

dans le forum: 

Répondre au sujet Hashimoto et reconversion professionnelle Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs Surveiller les réponses de ce sujet Cette fonction est uniquement disponible pour les utilisateurs
Poster un nouveau sujet: 
 
You cannot post calendar events in this forum
Précédent   Revenir en haut  
Index du Forum Forums Thyroïde Hashimoto Hashimoto et reconversion professio...


'Vivre sans thyroïde' | Home | Plan du site | Contact

Actualiser la barre de navigation     Effacer les cookies déposés par ce forum   |  Passer à la version mobile (beta)


        Designed and powered by  free-Si.de  and  all-Si.de         based  on          Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group     Traduction par : phpBB-fr.com